Login perdu ?
Devenir membre
 
 
Fil info
Agenda
Carnet
des Âges
Organismes
inscrits
Projets
Expériences
Boîte à
outils

Inscrivez-vous


Devenez membre d'intergénérations.be en quelques clics !

Fil info
Revue de presse
32 Article(s)

31-01-2017 14:08:35
A lire : L'intergénération, un modèle d'entreprise

"L’intergénération existe au-delà de toutes nos différences de conviction, religieuse et plus largement idéologique. Elle est d’ailleurs souvent très forte au sein des communautés traditionnelles, et bien sûr avant toute chose au cœur de la famille. C’est ce vécu de chacun, au sein de sa propre famille, qui donne son caractère d’évidence et si facilement compréhensible à la notion d’intergénération. Mais quid de l’entreprise ?" Par Serge Guérin, sociologue.

Lire l'article publié dans la Tribune ici.

22-04-2016 16:40:54
A lire : Le pari de l'éducation intergénérationnelle

La revue Eduquer de la Ligue de l'enseignement consacre une partie de son numéro d'avril à la thématique intergénérationnelle. La Maison de l'Intergénération (Atoutage, Entr'âges et Courants d'âges) a contribué à la rédaction de ce numéro avec l'article "L’intergénération, un vivier d’actions humaines et créatives". La revue est librement téléchargeable ici.


A voir aussi :
Courants d'Ages


Galerie(1)


31-03-2016 10:23:49
Article : "Génération Silver : génération solidaire"

"L’Observatoire Cetelem de la consommation en Europe propose un excellent regard sur les valeurs et les attentes de la silver génération européenne.Dans sa livraison de 2016, on apprend beaucoup de choses sur le rapport que les seniors entretiennent avec les nouvelles technologies et les écrans."

L'article complet disponible ICI.

01-03-2016 12:25:00
Article : "La longévité, un levier pour la double transition énergétique et démographique"

Dans cet article, Serge Guérin, sociologue, nous livre sa pensée sur les enjeux démographiques liés au vieillissement de la population et nous invite à repenser notre vision de la société et notre relation à l'autre. De quoi nous faire réfléchir sur les défis dont toutes les générations devront faire face.

"(...) La société de la vie plus longue invite à sortir du cadre, à réfléchir autrement sur les conditions de la production de richesses et sur les conditions du vivre-ensemble. (...) Face au vieillissement et à la diminution des marges d’interventions publiques, l’enjeu est d’imaginer et d’inventer une société ”plus durable”, en cohérence avec l’avancée en âge."


L'article complet est disponible ICI.

21-01-2016 14:23:33
A lire : le nouveau journal d'Ag'Y Sont!

L'asbl Ag'Y Sont publie un nouveau trimestriel "Tiss'âges", pour faire le pont entre les générations. L'asbl est un centre de rencontres intergénérationnelles qui tisse et retisse des liens sociaux au sein des 23 communes de la Wallonie picarde.

"Tiss'âges" souhaite être le témoin d’une pratique de plus de 20 années d’expertise et d’un engagement réfléchi et politique (dans le sens noble du terme) dans les domaines de l’intergénérationnel et de la lutte contre l’isolement des plus âgés. (...) Tiss'âges, c'est aussi le témoin des valeurs qui animent le travail de l'asbl : "défendre une société où chacun a sa place, où « Le vivre- ensemble » toutes générations confondues est facilité, valorisé, spontané, une société où l’âge ne nous limite pas, ne nous cloisonne pas, nous laisse l’espace de nous rêver et de nous inventer, une société où la personne âgée malade ou désorientée n’est pas exclue."

Le premier numéro est à lire ici!

 


A voir aussi :
Ag'y sont



Doc(s) joint(s)(1)


Tiss_ages.compressed.pdf
1.926486 Mb

07-10-2015 13:36:15
Un atelier philo intergénérationnel vécu de l'intérieur

Question Santé publie dans son numéro de septembre 2015 un article sur les ateliers philo intergénérationnels initiés par Entr'âges en collaboration avec l'asbl les Bonheurs de Sophie.

" Depuis 5 ans, à Etterbeek, un petit groupe de personnes venues d'horizons divers parle philo sous la conduite d'une philosophe/animatrice. Un moment de grâce et de profondeur..."
Pour continuer la lecture, c'est par ici...

A voir aussi :
Bonheurs de Sophie (Les)


07-10-2015 11:44:06
Quand papi et mamie deviennent graffeurs

Qui a dit que le street-art était réservé aux jeunes ?
À Lisbonne, l’association Lata 65 organise des ateliers pour former les seniors à l’art du graffiti.

Pour continuez la lecture de l'article, c'est par ici...

 

Galerie(1)


13-05-2015 18:08:51
RTBF : "Connectés à tous les âges : la vie numérique de trois générations"

Ils ont à peine deux ans et savent déjà ce qu'est un smartphone, ils communiquent aussi par Skype. Ils ont plus de nonante ans et ont pris le train en marche, ils peuvent passer des heures à jouer en réseau. Entre les deux, ils n'ont pas coupé le fil et sont bien connectés. Petite immersion dans la vie numérique de trois générations.

Pour lire la suite de l'article et regarder le reportage de la RTBF, suivez ce lien.

24-04-2015 17:51:21
Dossier sur les discrimations et le volontariat

La Plate-forme francophone du Volontariat publie son cinquième numéro et y traite du volontariat pour tous. Bien souvent, des catégories de population se voient refuser la possibilité d'exercer une activité bénévole en raison d'un handicap, de la nationalité ou de l'âge. Ce cahier met en lumière les bonnes pratiques en matière d'intégration de tous dans le volontariat.

" La participation est un élément essentiel de bonne gouvernance et d’un réel développement. En créant de la confiance et de la réciprocité entre citoyens, le volontariat contribue au développement d’une société stable, cohésive et prospère. A condition d’être ouvert à tous, le volontariat peut être considéré comme un élément central de la cohésion sociale. "

  • Pour télécharger la publication "Discrimination : ce que (ne) permettent (pas) les lois belges", suivez ce lien.

A voir aussi :
Plate-forme Francophone du Volontariat


20-04-2015 16:23:00
A lire : "Ces discriminations qui font la différence"

La Ligue des Droits de l'Homme consacre sa chronique de mars-avril 2015 aux discriminations. En effet, la discrimination, sous toutes ses formes, est encore bien présente aujourd'hui en Belgique, la discrimination liée à l'âge faisant aussi partie de la liste.

" Derrière la lutte contre les discriminations, ce qui se joue c’est la vision d’une société inclusive (une place pour chacun) et participative (dans des lieux partagés)."

A lire, entre autre, les articles "Du stéréotype à la discrimination : des responsabilités partagées" et "La diversité à l’écran : étudier les représentations pour changer les pratiques". Une belle lecture pour nourrir notre réflexion plus globale sur le vivre ensemble, si cher aux porteurs de projets intergénérationnels.

17-04-2015 14:35:28
Les enjeux de l'intergénération par Entr'âges

Dans la revue "Eduquer", publiée par la Ligue de l'Enseignement et l'Education permanente asbl, l'asbl Entr'âges y propose un article intitulé "Enjeux de l'Intergénération".

Un des enjeux de l'intergénération est sans doute de mettre tout en place pour que, tout le monde, jeunes et vieux, puissent profiter pleinement de cette chance que représente l'allongement de l'espérance de vie dans notre société. Une fois retraité, tout un pan s'ouvre : celui de disposer du temps. Or le temps est un bien précieux dans notre société. Qui en dispose?

La vieillesse nous concerne tous, elle n'est pas une maladie, elle est notre condition humaine. Les vieux d'aujourd'hui ne sont pas les vieux d'hier. L'évolution de nos modes de vie nous oblige à les regarder autrement qu'il y a cinquante ou cent ans !

On ne devient pas vieux du jour au lendemain. Le devient-on vraiment un jour ? Même si des capacités physiques et/ou cognitives peuvent s'amoindrir en vieillissant, « n'oublions pas que bien d'autres capacités, aussi essentielles que celles qui nous permettent d'imaginer, de rêver, de méditer, de ressentir du plaisir ou de la peine, d'être sensible à la beauté ou à la laideur, etc.. ne subissent pas les mêmes changements : elles ne cessent de se développer et de se modifier, différemment selon chaque personne, durant toutes les périodes de leur vie ».1

La vieillesse ne change pas notre personnalité non plus. Notre personnalité se modifie tout au long de la vie, en fonction des rencontres, des aléas, et chacun à son propre rythme. Il est sans doute plus pertinent de se demander : « Comment, chaque personne âgée, vit-elle sa vieillesse ? Comment, chacun de nous, même enfant, envisage-t-il la sienne ? »

Et c'est là que l'intergénération peut avoir son rôle à jouer.

Depuis une trentaine d'années, l'asbl Entr’âges promeut l’intergénération dans toutes les couches de la population, en tant que rencontre avec quelqu'un d'un âge différent et d'extérieur à la famille. Nous valorisons l'apport de la mixité entre les générations comme projet de société et l'asbl s'inscrit dans une réflexion autour de la vieillesse et dans une logique de reconstruction du lien social dans des perspectives de transmission et de solidarité.

Les personnes âgées ne constituent, pas plus qu'un autre groupe d'individus d'une même tranche d'âge, un groupe homogène. La notion de problèmes entre générations, au sein d'une famille, a toujours existé et existera toujours, c'est constructeur. Les problèmes des rapports entre les classes d'âges, au niveau de la société, sont différents. Les espaces propices à la rencontre avec les autres d'un autre âge sont rares dans notre société. La mixité de nos publics est, grâce au principe de réciprocité, un réel atout pour mieux connaître l'autre, mieux connaître notre passé, et donc de mieux comprendre notre présent.

La démarche intergénérationnelle se base sur le potentiel, les ressources et les capacités de chacun, sur la richesse des liens qui nous relient, quel que soit notre âge. L'intergénération permet aussi aux personnes âgées les plus fragilisées, (souffrant de troubles moteurs, mnésiques ou de désorientation par exemple), de se sentir, encore et toujours, comme faisant partie de la vie en société.

Dans la mesure où, à tout âge, chacun est porteur de sa propre culture, tous les publics sont, en ce sens, pleins de ressources. La culture est vécue et devient, tout au long des rencontres intergénérationnelles, mémoire active, moteur de changements de regard sur l'autre, sur nos lieux de vie, sur notre culture.

« Les générations s'influencent constamment mutuellement. » Manheim Karl 2

Il est indéniable que les concepts de devoir de mémoire, de mémoire collective, occupent une place de plus en plus importante dans notre société, et c'est tant mieux ! Mais, en même temps, la société actuelle est marquée par une rupture avec les traditions, ce qui entraîne une crise des actes de transmission. Celle-ci a reculé devant d'autres priorités telles que l'individualisme, la liberté, mais aussi les progrès scientifiques, technologiques. Dans la mesure où il est demandé de se libérer de l'ancien, du mémorable, d'aller de l'avant, comment faire passer les valeurs, le sens, comment établir un lien entre le passé et le présent ? Transmettre suppose un désir que tout ne s'arrête pas avec soi, que toute tâche est à poursuivre, transmettre est une incitation à donner du sens à la vie d'aujourd'hui.

Ne rien transmettre serait rompre les liens sociaux entre générations.

La transmission permet d'appréhender le concept du temps passé, du temps qui passe, le concept d'évolution et de changement du monde. L'acte de transmission, c'est se mettre en histoire. Evoquer le passé construit des ponts entre le passé et le présent d'une personne, d'un quartier, d'une culture, d'une société.

Les projets, mis en place par notre groupe d'aînés volontaires de la commune d'Amay à Liège, mettent en avant la réalité quotidienne passée grâce à leurs témoignages ou à ceux qu'ils ont recueillis. Ils s'adressent aux enfants des écoles primaires, mais aussi, lors d'évènements publics, à tous les habitants de la région. Grâce à leurs expériences, à leurs recherches, ils abordent chaque année un thème différent, qui part du cas particulier, et non pas de la connaissance théorique, pour rejoindre l'Histoire.3

« Pourquoi on parle toujours des différences ? On devrait plus parler des similitudes ! » (dit par un jeune en fin du projet Mix@ges).

Tout au long de notre vie, nous nous posons des questions sur le sens de la vie, et chacun de nous tente d'y répondre, différemment en fonction de ce que nous avons vécu, mais aussi, sans doute, en fonction de notre expérience de vie, de notre âge. Des ateliers philos, en partenariat avec l’asbl Les bonheurs de Sophie, invitent à toucher à l’universel et permettent à toutes les générations de se rencontrer autour d'un même sujet, dans un même lieu, que ce soit une bibliothèque ou une maison de repos. Ces ateliers sont ouverts aux résidents, au personnel, aux stagiaires, aux voisins. Et c'est dans les discussions, dans l'écoute du point de vue de l'autre qui a 70, voire 80 ans de plus ou de moins, que le regard peut changer, peut évoluer, que les stéréotypes liés aux âges tombent...

En maisons de repos, les rencontres entre générations permettent de rompre l'isolement dû à la vie en institution, de maintenir, de renforcer, voire de restaurer le lien social. Dans la rencontre entre un enfant - ou un plus jeune - et une personne désorientée, ou souffrant d'un trouble de la mobilité, le jeune et le moins jeune travaillent en duo, chacun aidant l'autre à sa façon. Les mains du jeune peuvent être les mains du duo, comme les suggestions de l'aîné peuvent être la solution du duo.

Entr'âges privilégie l'expression artistique comme "prétexte" à la rencontre, car chacun, quels que soient son histoire, son vécu, son regard, sa sensibilité, se retrouve sur un pied d'égalité face à la « page blanche », là où tout est à créer ensemble. Les projets permettent d'incorporer les perceptions individuelles à une création commune, et favorisent le développement de l'esprit de la mixité du groupe, de valorisation de soi au sein du groupe par la fierté du travail réalisé. Chacun est ainsi entraîné à valoriser l’autre. C'est par ce genre de projets qu'Entr'âges, et les traces qu'on en laisse (lors d'expositions publiques, de capsules audio sur radio Panik, d'affichage de phrases issues des ateliers philo dans toute la maison de repos, ...) que nous gageons sur la force que peuvent avoir ces rencontres chez le tout-venant n'ayant jamais pensé en termes de mixité des âges.

Toutes ces rencontres conduisent à des changements d'attitudes envers l'autre public rencontré. Les aînés voient autrement les plus jeunes et peuvent donc aborder les autres générations avec moins d'a-priori. Les jeunes déconstruisent leurs stéréotypes sur les vieux, et, les personnes issues d'autres cultures où la maison de repos n'existe presque pas, peuvent sereinement, lors par exemple d'un massage des mains offert aux personnes âgées vivant en maison de repos, mieux comprendre la grande vieillesse et la réalité de la vie quotidienne en institution.

Ces rencontres permettent de renforcer le sentiment de responsabilité citoyenne, et vont aider les jeunes générations, par l'exemple et par leurs propres expériences auprès des aînés, à faire face aux futurs défis sociaux de la mixité des âges et de l'éventail des différentes vieillesses. En effet, il est largement prouvé que les conséquences des conditions de travail passées ont une influence certaine sur la façon de vieillir ; que le niveau socio-économique a une répercussion sur la manière d'envisager son emploi du temps une fois retraité; que la place des aînés au sein de différentes cultures influence la façon d''envisager la fin de vie ; autant de défis, d'enjeux, que la mixité entre les générations, depuis l'école maternelle jusqu'au sein de la vie associative et professionnelle, permet d'envisager de façon sereine et naturelle.

1 Yves Gineste et Jérôme Pellissier : Humanitude, comprendre la vieillesse , prendre soin des hommes vieux , Armand Colin, 2014
2 Manheim Karl : Le problème des générations, traduction de l'allemend par G. Mauger et N. Perivolaropouloui, Nathan, 1990
3 « Du temps de mon école », « Avant l'informatique », « De la touche à la souris », « Autant en emporte le temps »...
 

  • Pour en savoir plus sur Entr'âges, consultez le site www.entrages.be.
  • Pour consulter en ligne le centre de documentation d'Entr'âges spécialisé en gérontologie psycho-sociale, intergénération, vieillesse, suivez ce lien.
  • Pour télécharger le numéro 11 de la revue Eduquer, suivez ce lien.




 


A voir aussi :
Entr'âges ASBL


Galerie(1)


23-10-2014 11:52:20
« Vivre d’histoires et d’eaux fraîches, les ricochets de la mémoire »

Lavenir.net a consacré un article à la 4ème édition de la manifestation intergénérationnelle autour du thème de l'eau.

Pour cet évènement, l'asbl Ag'y sont et les «Passeurs de mémoire» de Péruwelz ont organisé une balade de 2.5 kilomètres durant laquelle les ainés ont emené au fil de l'eau, du temps, des souvenirs et des anectotes les enfants de l'école primaire de l'entité.

«Quand j’avais votre âge, j’allais régulièrement me baigner dans la Verne. À l’époque, on nageait au milieu des poissons, des tritons et des insectes en tout genre. Aujourd’hui, la biodiversité n’est plus la même.»

Lire la suite de l'article ici.

Pour garder une trace de ce beau projet, une carte du parcours, de nombreuses anecdotes et des témoignages sur la thématique de l’eau sont compilés dans un livre vendu au prix de 3€ auprès de l’ASBL Ag’Y Sont, d’Arrêt 59 et de la médiathèque.

Pour en savoir plus sur le projet, contacter l'asbl Ag'y sont


A voir aussi :
Ag'y sont


08-07-2014 12:47:37
Territoires d'adultes, territoires d'enfants, la bataille de l'espace

Extrait

"La guerre des générations

J'ai utilisé plus haut le mot territoire, la précédente étude parle d'occupation, de présence massive... voilà un vocabulaire bien guerrier! Les adultes et les enfants se feraient-ils la guerre pour occuper l'espace? Quoi qu'il en soit, la nécessité d'une négociation est bien réelle comme le montre ce document qui s'intéresse aux liens entre espace public (paradigme du territoire d'adulte) et espace de jeu (paradigme du territoire d'enfant)

Il montre comment, au sein des espaces privés, le territoire de l'enfant a été peu à peu conquis au début du XXe siècle en France dans les catégories bourgeoises (apparition de la «chambre d'enfant») et comment un mouvement identique de spécialisation de l'espace a également gagné les espaces publics (...)"

Lire la suite de l'article ICI

Source: Slate.fr

10-02-2014 12:03:36
Les habitats intergénérationnels - Dossier du Guide Social

Le Guide Social publie un dossier en ligne sur les habitats intergénérationnels. Soulagent-ils les homes ? Sont-ils les « maisons de repos du futur » ? Quelles sont leurs limites ? Qu’en pensent nos politiques ? Trois articles sont consultables en ligne :


A voir aussi :
1toit2âges
Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation (CPCP)


20-12-2012 09:26:24
Quelles activités intergénérationnelles ? - Article du Soir

S’initier à internet, raconter des histoires ou encore participer à des ateliers créatifs : voilà autant d’activités à partager entre générations. Petit tour d'horizon du journal Le Soir, à lire en ligne ici.


A voir aussi :
Courants d'Ages
Entr'âges ASBL
Espace Seniors (Commune de Vresse-Sur-Semois)
Bonheurs de Sophie (Les)
Service de Cohésion Sociale de la Ville de Namur - Cellule Egalité des chances- Equipe Aînés
Ludothèque intergénérationnelle Speculoos


Galerie(1)


04-12-2012 12:45:44
Vieillissement de la population et pistes intergénérationnelles. Table-Ronde du Soir

Le vieillissement de la population s’accentue. Quels enjeux économiques, politiques et quelles pistes intergénérationnelles ? Le Soir a lancé une enquête consacrée au vieillissement en général et à ses effets spécifiques sur les pensions et l’habitat. Les solutions intergénérationnelles y sont notamment abordées.

Quels sont les enjeux macro économiques du vieillissement, les implications politiques et les dimensions intergénérationnelles ? Des pistes de réponse ont été lancées le  21 novembre lors d’une table ronde animée par Béatrice Delvaux et Philippe De Boeck.

Les invités:

  • Michel Jadot, spécialiste des pensions et président de la Mutualité socialiste;
  • Jean Hindriks, professeur d'économie à l'UCL;
  • Benoît Debuigne, de l'asbl Habitat et Participation;
  • Régis et Claire de Kerautem, de l'asbl 1 toit 2 âges.

La suite de ce compte-rendu de la table-ronde à lire sur le site du Soir.


A voir aussi :
1toit2âges
Habitat et Participation


Galerie(1)


06-01-2012 12:01:05
Sacré Cocktail met en lumière l'Intergénération !

L'émission "Sacré Cocktail" sur la première diffusée le 19 décembre 2011 reçoit Stéphanie Grosjean de Mysphère.be

Cette dernière mettra en avant les relations entre les générations au travers de projets tels que les "Carrefours des Générations", les habitats Kangourou ou la plateforme Courants d'Ages et son site www.intergenerations.be.

Pour écouter cliquez ICI

 

Source: La première 

14-12-2011 12:44:16
European Map of Intergenerational Learning - Newsletter

Dernière lettre d'information en date du réseau européen EMIL s'intéressant à la thématique intergénérationnelle en Europe et comportant un ensemble de ressources intéressantes et d'événements à venir.

Pour rappel : qu'est-ce que EMIL ?
EMIL est un réseau qui rassemble des organisations et des partenaires de toute l'Europe.
EMIL utilise les compétences existantes des organisations partenaires travaillant dans le domaine intergénérationnel pour soutenir un réseau d'apprentissage  pour les associations impliquées dans des programmes intergénérationnels dans toute l'Europe. 
En s'appuyant à la fois sur une stratégie européenne et globale, Emil fournit une méthode durable pour la collecte, l'échange et la diffusion d'idées et ressouces dans le domaine.

Galerie(1)



Doc(s) joint(s)(1)


EMIL newsletter VII.pdf
0.53626 Mb

05-12-2011 12:15:58
Renforcer les solidarités de proximité

"Meyzieu (29 000 habitants), dont la population connaît un vieillissement important, est une commune très étendue dotée d'une majorité d'habitations individuelles (70 % des habitations) propice à l'isolement social.
Suite aux demandes des professionnels, des personnes âgées et de leurs familles, la commune de Meyzieu et les services sociaux (CCAS) ont lancé en septembre 2005 des visites de bénévoles au domicile des personnes qui le souhaitent. Le but est de lutter contre le sentiment de solitude et de favoriser les liens entre générations, et entre voisins.

Les bénévoles qui se rendent auprès des personnes âgées sont accompagnés, au préalable par une formation, puis par la participation régulière à un groupe de parole mensuel animé par un psychologue. La première rencontre avec la personne âgée a lieu en présence de la responsable du CCAS, afin de faciliter le prise de contact et de repréciser les objectifs du projet.
Pour un investissement relativement modeste, l'implication des bénévoles facilite le travail des professionnels, et améliore sensiblement la qualité de vie des personnes âgées et de leur famille. Elle diminue les risques de glissement rapide vers la dépendance lourde nécessitant l'institutionnalisation.

Le débat sur les aidants s'est concentré en France sur la place des aidants familiaux (cf. journée nationale du 5 octobre).

L'expérience développée à Meyzieu montre qu'il est possible de créer, rapidement, et de manière significative, de la valeur ajoutée sociale, en (re)donnant de l'initiative aux territoires et aux équipes municipales, mais aussi en favorisant la complémentarité entre aidants professionnels et aidants non professionnels.

Ils sont 10 à Meyzieu impliqués au quotidien au sein du Pôle de bénévoles. Ils pourraient être rapidement plusieurs milliers dans toute la France.

Pour accompagner ce mouvement, pour répondre au déficit flagrant de présence humaine auprès des personnes âgées isolées dans certaines zones (milieu rural, lointaines banlieues?), l'Institut SilverLife, et son partenaire la Fondation du Bénévolat, proposent d'aller plus loin. (...)"

EDITO

Par Gilles DUTHIL,
Président de l'Institut SilverLife

Source: Newsletter n°34 - novembre 2011

www.silverlife-institute.com

01-12-2011 12:25:56
Le logement intergénérationnel à Mons

Nouveau : le logement intergénérationnel

Mélanger les 50 ans et plus et les étudiants : un concept importé de Bruxelles.

Mons, ville universitaire; Mons, qui fait face au vieillissement de sa population Deux défis à relever, avec une solution partielle, mais commune : le logement intergénérationnel.

Le concept est simple : proposer à des personnes âgées de 50 ans et plus d’héberger des étudiants sous leur toit, à certaines conditions, en échange d’un loyer modéré et éventuellement de petits services.

"C’est un projet que nous voulions lancer depuis le début de la législature , lance l’échevin Nicolas Martin (PS). Au printemps dernier, l’ASBL "Un Toit, Deux Ages" est venue nous trouver, avec ce concept développé à Etterbeek et qui remportait un franc succès. Leur sérieux nous a plu."

Deux types de contrats sont signés, avec des loyers "simples" de 300 € maximum, charges comprises (sauf l’assurance RC), ou de 80 € maximum, mais l’étudiant doit alors remplir une série de menus services en faveur du senior chez qui il vit : abaisser les volets, aller à la pharmacie, aider au ménage Certaines conditions sont plus drastiques : interdiction de faire dormir des personnes extérieures, interdiction de se faire domicilier chez le senior.

"Dans la mesure du possible, on fait rencontrer des seniors et des étudiants partageant les mêmes affinités, pour faciliter le dialogue et la vie commune. Des rencontres sont programmées entre les différents protagonistes. Si les atomes sont crochus, on signe une convention d’hébergement."

Il y a deux semaines, la ville de Mons a distribué un toutes boîtes expliquant le projet. Une vingtaine de personnes ont marqué leur intérêt, avec quatorze accords fermes. L’ASBL va maintenant se tourner vers les différents services des universités et hautes écoles pour voir si des étudiants sont intéressés.

Infos :

service logement de la ville de Mons,

065.405.280

ariane.akaki@ville.mons.be

Source: Mis en ligne sur la libre.be le 29/11/2011

16-06-2011 10:25:22
"Vieillirons-nous bien ensemble ?" Dossier La Revue Nouvelle

Pour son numéro de mai-juin, La Revue Nouvelle y consacre un dossier sur le vieillissement intitulé "Vieillirons-nous bien ensemble?". Retraites, Europe, alzheimer, vieillissement actif, logement des aînés, ou bien encore égalité hommes-femmes dans l'emploi et à l'âge de la retraite sont au programme de ce dossier spécial.

Invitant le lecteur à ne pas se focaliser uniquement sur les questions démographiques et les coûts du veillissement, ce dossier incite à prendre en compte l'ensemble des transformations sociales liées au vieillissement.
 
"Franz Kafka avait raison : c’est le bonheur qui supprime la vieillesse et non le contraire. Travaillons donc au bien-être des ainés plutôt qu’à construire des discours alarmistes et des dispositifs spécifiques qui discriminent la vieillesse en l’enfermant dans les catégories de la maladie, de l’assistance ou de l’exclusion sociale."

Galerie(1)


14-06-2011 16:05:49
Economie sociale et personnes âgées - Dossier de l'Econosoc

L'Econosoc, carrefour de l'économie sociale, a publié sur son site internet un dossier sur l'économie sociale et les personnes âgées. Dans le contexte du vieillisement de la population, le dossier fait un tour d'horizon des projets et des solutions que le secteur de l'éonomie sociale met  en oeuvre afin de répondre aux défis posés par le vieillissement de la population.

Ce dossier, à lire ici, met en avant, entre autre, des initiatives concrètes, des statistiques, un focus sur l'intergénérationnel, les personnes migrantes ou bien encore les lieux de vie.

29-03-2011 16:37:45
Dossier Moustique 23/03/2011 : La Belgique des gens bien

Le Moustique consacre un dossier sur les personnes qui s'engagent bénévolement en Belgique. 

"Ils sont un million et demi à donner de leur temps pour les autres. Sans eux, notre société serait méconnaissable." Dans les actions intergénérationnelles aussi il y a beaucoup de bénévoles. Maïder Deschamps, la journaliste qui a écrit le dossier, n'oublie pas de le mentionner.

Pour lire l'article cliquez ici

03-03-2011 16:14:36
Manneke

N’hésitez pas, il reste encore quelques places jusqu’au 12 mars mais ca se remplit vite !

« Manneke… Je dois te dire quelque chose. J’ai fait beaucoup de conneries dans ma vie. J’ai pris des cachets. Je vous ai emmené, toi et ton frère, dans des endroits où il ne fallait pas… J’ai amené des hommes à la maison alors qu’il y avait ton père… Je voudrais te demander pardon, Manneke, pour tout ce que j’ai fait… »

Manneke, c’est l’histoire d’un fils flanqué d’une mère extravagante au caractère forgé dans le tumulte d’une vie sauvage. Cette mère que nous connaissons tous, pour l’avoir vue trôner en reine-patronne derrière le bar d’un bistrot bruxellois accueillant et désuet.
Manneke, c’est l’histoire de ces quartiers de Bruxelles ou de Liège que nous fréquentons quotidiennement. Ca sent les quais de la Batte, la soupe du dimanche à la place du jeu de Balle, le marché matinal, la première clope de la journée avec un grand café à l’Union ou au Verschu, le goûtu rocailleux de la langue bruxellois, le trainant magnifique de l’accent liégeois…. Manneke, c’est chez nous quoi…
Manneke, c’est une épopée. L’histoire d’une famille vraiment belge qui émigre des Marolles à Liège avec enfants et grands-parents, mari et amants faibles ou féroces, poules, bouc  et chèvres,… Ensemble, ils forment une tranche d’humanité où chacun  pourra se reconnaître et être, de manière imprévisible, révélé ou touché à vif.

Dans le récit authentique de sa vie, Pierre Wayburn, récent lauréat de l’Ecole d’Acteurs de Liège, nous livre sa propre histoire, sans fausse pudeur ou faux-fuyants. Et ce à grands renforts d’anecdotes tendres et drôles. Celles-ci ne sauraient pourtant cacher la difficulté d’être l’aîné de cette famille très singulière et la douleur d’être transbahuté comme un bagage à main au gré de déménagements multiples de Bruxelles au fin fond de la Wallonie.  Car dans Manneke,  tout est vrai...
Manneke est une pièce inscrite dans son temps et dans l’actualité, car elle puise ses racines dans la Belgique contemporaine et plus particulièrement dans celle de ses quartiers, afin de nous renvoyer une vision concentrée d’un pays et d’un peuple qui s’interroge encore sur son  identité. 
 
Plus d'info: ICI

Galerie(3)


24-01-2011 14:01:12
Interview en 3 questions à Monique Winants , directrice des "Jardins d’Ariane" (Woluwe-Saint-Lambert), maison de retraite du groupe Orpea.

La maison de repos que vous dirigez est installée dans les anciens bureaux de RTL, avenue Ariane, dans un quartier de bureaux. Surprenant ?

Mais magnifique. L’environnement est verdoyant, comportant jardins et sentiers de promenade. La maison est située dans les faubourgs de Bruxelles, un peu excentrée, donc, mais pas trop. Certes, c’est un quartier de bureaux, mais il y a du résidentiel aux alentours. Le soir et le week-end, nous sommes un peu isolés, mais ce n’est pas dérangeant. Le fait d’être installé dans un quartier de bureaux a plus d’avantages que d’inconvénients : l’adresse est connue et les visiteurs situent le bâtiment très aisément; l’accessibilité en transports en commun ou autoroutier (ring) est très facile; la proximité avec des infrastructures commerciales est très grande (Cora et Caméléon à pied; Woluwe shopping en minibus); etc.

Pas de problème de voisinage… ?

Au contraire. Nous sommes très branchés sur les échanges intergénérationnels et l’ouverture vers l’extérieur. Et dans cet environnement, nous sommes comblés. Nos voisins sont très présents. Ainsi, les employés d’UPS étaient désireux de faire du bénévolat. Chaque midi, ils viennent partager les repas autour de tables de conversation dans plusieurs langues. Et à tous les niveaux de notre structure, c’est-à-dire auprès des 3 types de population que nous accueillons : très fragilisée, Alzheimer et résidents classiques.

Et en termes architecturaux ? Car, somme toute, il y a un fossé entre un aménagement de bureaux et un aménagement de maison de repos.

L’architecte a su créer quelque chose de très bien. Les couloirs sont spacieux. Les déplacements aisés (ascenseurs ). Le confort précieux. J’ai travaillé précédemment dans des sites installés dans d’anciennes maisons de maître. C’est fondamentalement différent. Il y a des terrasses à tous les niveaux. Et un jardin, partiellement gagné sur des parkings. C’est aussi un des avantages d’occuper d’anciens bureaux : on a beaucoup de parkings - ce qui est souvent une lacune pour d’autres maisons de repos -, en sous-sol du bâti notamment et à l’extérieur. Et plus encore le week-end puisque les parkings des bureaux voisins sont inoccupés.

Source: Mis en ligne sur lalibre.be le 19/01/2011

06-12-2010 08:50:14
Les bénévoles âgés apportent une contribution précieuse au bien-être de la société et à la solidarité entre les générations !

“Le lancement de l’Année européenne 2011 du volontariat est un événement  qui se fête! Espérons que cette année 2011 soulignera la contribution énorme que les bénévoles âgés apporte à notre société et au renforcement de la solidarité entre les générations et qu’elle contribuera à supprimer les obstacles que rencontrent les personnes âgées qui souhaitent s’engager en tant que volontaires”, souligne Anne-Sophie Parent, Secrétaire Général de AGE Platform Europe

AGE se réjouit du lancement de l’année UE 2011 du volontariat, annoncée officiellement hier par la Commission européenne et qui témoigne de la reconnaissance au niveau européen du rôle important joué par le bénévolat dans notre société, et ce dans l’intérêt de tous, y compris celui des bénévoles eux-mêmes.
Le bénévolat peut en effet améliorer la qualité de la vie et des services dans de nombreux secteurs (tels que la santé, l’éducation, l’assistance aux personnes, etc.), prévenir l’exclusion sociale et renforcer la solidarité entre les générations. Beaucoup de volontaires âgés offrent leur soutien dans les domaines de l’aide à l’enfance et à l’éducation, ainsi qu’aux personnes âgées plus dépendantes qui, sans cette présence, seraient très isolées.
Des recherches ont démontré que le bénévolat améliore également la qualité de vie des bénévoles eux-mêmes, en particuliers des bénévoles âgés, en renforçant leur participation au sein de leur communauté et en améliorant leurs état de santé général et leur bien-être.
Un autre avantage du bénévolat est qu’il peut constituer un tremplin vers l’emploi, en permettant aux bénévoles de tous âges d’acquérir de l’expérience et davantage de confiance en soi.
Il reste malheureusement un grand nombre d’obstacles au bénévolat, comme en témoigne certaines statistiques (Flash Eurobaromètre de 2008), qui révèlent qu’un nombre nettement moindre de personnes s’engagent dans des activités bénévoles une fois atteint l’âge de la retraite (44%), en comparaison au nombre de travailleurs âgés qui affirment vouloir faire du bénévolat quand il seront pensionnés (73%). Cette différence dans les chiffres est la conséquence d’obstacles structurels et de comportements discriminatoires envers les personnes âgées, telles que les limites d’âge pour les couvertures d’assurance ou les restrictions légales empêchant les travailleurs âgés sans emploi de s’engager en tant que bénévoles.
 
Au sein de la coalition d’ONG engagée dans l’Année européenne 2011, les membres d’AGE ont l’intention de promouvoir le bénévolat chez les seniors de l’UE et de faire en sorte qu’un lien soit effectivement établi avec l’Année européenne 2012 du vieillissement actif (et de la solidarité intergénérationnelle).

A voir aussi :
AGE - Plate-forme Européenne des Personnes Agées


15-11-2010 13:41:25
AGE Platform Europe se réjouit de l’appel du Parlement européen pour une plus grande solidarité entre les générations

« Nous nous réjouissons de l’adoption à une très large majorité en plénière aujourd’hui du rapport d’initiative de Thomas Mann » explique Anne-Sophie Parent, Directrice de AGE Platform Europe. « Ce rapport reflète les recommandations des organisations de jeunes, de femmes et de personnes âgées et soutient une vision d’une société pour tous les âges basée sur une plus grande solidarité et coopération entre les générations, un objectif clé si nous voulons développer des solutions au défi démographique qui soient financièrement et socialement viables sur le long-terme » a ajouté Mme Parent.

Le rapport contient des propositions très innovantes comme le Pacte pour l’emploi des 50+, une garantie pour la jeunesse européenne, une comptabilité générationnelle, et soutient le lancement d’une année européenne sur le Vieillissement actif et la solidarité intergénérationnelle en 2012.
AGE se réjouit que le rapport contienne dans son article 76 une référence à la proposition de législation anti-discrimination sur l’âge, le handicap, la religion et l’orientation sexuelle dans l’accès aux biens et services. « Avec les organisations de jeunes, nous pensons qu’une telle législation est nécessaire pour protéger à la fois les jeunes et les personnes âgées de la discrimination liée à l’âge dans l’accès aux biens et services et pour promouvoir un environnement libre de tout obstacle à leur participation pleine et entière », a expliqué Mme. Parent à la conférence de presse ce matin. « Nous sommes convaincus qu’une telle législation profiterait en réalité à l’économie européenne en harmonisant les règles du jeu applicables à l’ensemble des entreprises de l’UE pour qu’elles puissent ainsi profiter de tous les avantages du marché unique européen. »
AGE demande maintenant à la Commission européenne et au Conseil de prendre en compte les recommandations du rapport de Mr. Mann et d’utiliser la future Année européenne 2012 pour développer un programme ambitieux d’engagements politiques en faveur d’un vieillissement actif et d’une plus grande solidarité entre les générations.
AGE, le Forum Européen de la Jeunesse et le Lobby européen des Femmes ont coordonné leurs réponses au Livre vert sur les Pensions et présenteront leurs propositions par un communiqué de presse commun le vendredi 12 Novembre 2010 à midi.

A voir aussi :
AGE - Plate-forme Européenne des Personnes Agées


12-08-2010 11:39:51
Kot qui peut : article de lalibre.be

De juin à septembre, la course aux kots bat son plein. Les propriétaires de logements privés sont de plus en plus sollicités.

Signifiant à l’origine "placard ou petite pièce exiguë", le belgicisme "kot" a rapidement été employé comme terme générique pour les logements étudiants. Quelques mois avant chaque nouvelle année académique débute un véritable marathon pour les jeunes locataires en quête d’un toit pour une année. Réputés trop chers, en nombre insuffisant, en mauvais état, les kots de la capitale alimentent pourtant un business florissant. Le point sur la situation bruxelloise.

Rechercher via de nouvelles interfaces

Parallèlement aux médiations existantes entre les universités et les propriétaires privés, fleurissent nombre de sites internet de petites annonces concernant exclusivement la location de kots. "BruKot", lancé sur la Toile, il y a un an et demi, est l’un d’eux. "Ce projet est né d’une expérience. En cherchant moi-même un kot, il y a quelques années, je me suis rendu compte qu’il y avait un réel besoin de créer un tel site", explique Nicolas Sauveur, fondateur de "BruKot". Tout comme pour un site de petites annonces traditionnelles, les propriétaires y déposent une description de leur bien immobilier consultable par des étudiants en recherche. Déjà développé pour les villes de Liège et Namur, le concept ne cesse d’évoluer. "En cette période d’avant-rentrée, nous en sommes à quelque 1 000 visites par jour", précise le développeur Web. Et les clics effectués ne sont pas que belges. "La fréquentation du site se répartit entre 75 % de Belges, 10 % de Français et 15 % d’autres nationalités", ajoute Nicolas Sauveur. Christine Vandendorpe, assistante sociale à "InforJeunes" le constate également : "Peu nombreux sont les jeunes qui se déplacent encore au centre pour chercher un kot. L’option Internet a la cote."

Koter autrement, koter intergénérationnel

Avoir un senior pour cokoteur, tel est le pari lancé par l’ASBL "Un toit, deux âges", un organisme inspiré d’un modèle français de logement partagé. Basé sur un principe de donnant-donnant, ce concept a débarqué, il y a juste un an, dans la capitale bruxelloise. "Nous avons déjà une cinquantaine de binômes créés et nous espérons atteindre le cap des septante d’ici septembre", se réjouit Claire de Kerautem, responsable de l’ASBL. En échange d’un loyer moindre variant de 80 à 300 €, le jeune locataire accueilli par une personne âgée s’engage principalement à lui apporter quelques services ou à lui tenir compagnie. "Les étudiants sont en recherche de calme et les seniors de contacts humains. Il s’agit d’une véritable relation win-win", précise la responsable de "Un toit, deux âges". Des étudiants de 18 à 30 ans partagent donc le quotidien de seniors âgés en moyenne de 75 à 80 ans. Et la satisfaction de ses potentiels "grands-parents et enfants de substitution" est là : 100 % des personnes âgées ont renouvelé leur adhésion au projet contre 70 % des étudiants

Fanny Leroy (st.)

Source : www.lalibre.be mis en ligne le 09/08/2010


A voir aussi :
1toit2âges


Galerie(1)


26-07-2010 12:14:42
Un pot'ager intergénérationnel crée à Braine-l'Alleud grâce à "été solidaire"

Dix jeunes brainois ont lancé les travaux d’un potager au Vignoble.

Malgré la chaleur qui s’est faite écrasante certains jours, dix jeunes brainois ont travaillé dur depuis le 5 juillet dans les espaces verts situés à l’arrière du Vignoble, la maison de repos gérée par le CPAS de Braine-l’Alleud. Ils ont enlevé de la pelouse et des klinkers, commencé des travaux de terrassement, déplacé de (lourds) bancs sur plusieurs dizaines de mètres.
 
 
Travaillant dans le cadre de l’opération Été jeunes, ils ont en réalité lancé le chantier de transformation de ce parc en un potager que les résidents appelaient de leurs vœux. Il s’agira d’un potager spécial, pas placé en pleine terre mais planté dans de grands bacs, pour permettre aux personnes âgées de retrouver les joies du jardinage sans trop devoir se pencher ou utiliser des outils lourds. Le projet a été imaginé par les ergothérapeutes de l’établissement, qui eux-mêmes recevront une formation au jardinage donnée par l’association Nature et Loisirs. Au quotidien, le potager sera également géré par quatre classes d’une école primaire de l’entité.
 
 
 
 
Bref, de l’aménagement du jardin jusqu’à la cueillette des légumes, il s’agit d’un projet intergénérationnel. Et les jeunes stagiaires ont accroché, malgré des conditions de travail pas évidentes et un petit accro pour une des filles participant aux travaux. Un "marteau à tête volante" l’a heurtée, provoquant une blessure qui a nécessité la pose de points de suture. Rien de grave, heureusement. "C’est mon premier job de vacances, et c’était nickel, confirme Laurent, 15 ans. Il y avait vraiment une bonne ambiance entre nous."

Source : Lalibre.be msi en ligne le 23/07/2010

Galerie(1)


01-07-2010 09:47:09
Coup de coeur de Cécile Dupont de l'association Atoutage

Article de l'Atoutage News N°34 juin 2010 écrit par Cécile Dupont

 
" Une vie pour se mettre au monde" un livre de Marie de Hennezel et de Bertrand Vergely
 
 
"Ne touchez pas à mes rides, j'ai mis trop d'années à les obtenir" (p.29)
 
Dans notre travail au sein d'Atoutage, nous sommes de plus en plus interpellés par la notion de vieillissement. Aujourd'hui, pour beaucoup de personnes, vieillir est perçu négativement et est associé aux termes dégradation, perte et mort. Op pour nous, vieillir est un processus de vie qui commence à la naissance.
 
J'ai trouvé dans ce livre de Marie de Hennezel et Bertrand Vergely, un écho à notre conception du vieillissement. Selon les auteurs, la vie est une succession d'étapes marquée par des pertes et gains, le tout participant au processus de vieillissement et donc de vie. 3Si rien ne se gagne sans que l'on perde quelque chose, rien ne se perd sans que l'on gagne quelque chose." (p.124). Ils considèrent que vieillir est un accomplissement. " (La vieillesse) Elle n'est pas déclin, mais un accomplissement. Il est beau d'aller au bout d'une vie. Il faut aller au bout d'une vie, comme une oeuvre se termine. Ce n'est pas rien que de vieillir. C'est une oeuvre" (p.76) Ils distinguent "vieillir" et "vieux" : selon eux, "être vieux" c'est être triste et cela peut être associé à n'importe quel âge de la vie. "On est vieux quand on est triste (...) Certains commencent très tôt à être vieux" (p.78)
 
Ce livre offre un temps en suspension dans ce monde qui poursuit sa course effrénée. Il nous questionne, quel que soit notre âge, parce que tous, nous vieillessons, nous mûrissons et nous sommes amenés à vivre une fin de vie et à rencontrer l'expérience de la mort. Un livre à la fois poétique et engagé où les auteurs abordent sans tabou les thèmes de la peur de vieillir, de la mort, de la démence, tout en offrant des pistes et des ouvertures pour bien vieillir.
 
De Hennezel, M., Vergely, B., Une vie pour se mettre au monde, Carnet Nord, Paris, 2010.
 
 
 

A voir aussi :
Atoutage - Réseau interassociatif - Générations solidaires


01-07-2010 09:16:14
5 maisons intergenerationnelles à Herstal

Après la ville de Liège, c'est la commune d'Herstal qui se dote de maisons intergénérationnelles.

Les cinq nouvelles maisons intergénérationelles de Herstal ont été inaugurée ce samedi 12 juin. Leur développement s'inscrit dans le Plan de cohésion sociale, projet financé par la Région wallonne et qui a notamment pour ambition de recréer du lien social interculturel ainsi que de répondre aux besoins exprimés par la population.

L'objectif de ces Maisons intergénérationnelles est de changer le regard porté sur les relations entre les générations, en vue de faciliter l'entraide et l'échange entre les âges, mais également de préserver la notion de respect entre les différentes tranches d'âges.

Créer des liens entre les habitants

L'idée principale est de faire des Maisons intergénérationnelles des lieux créateurs de liens entre les habitants du quartier de toute culture par la mise en place d'activités récurrentes (ateliers créatifs et sportifs).

Au sein de ces Maisons, une aide sociale concrète sera également offerte aux habitants du quartier grâce aux permanences qui s'y dérouleront et qui auront pour but de permettre à tous les citoyens confrontés à une problématique relevant du domaine de la santé, du logement ou de l'insertion socioprofessionnelle d'obtenir des informations, un accompagnement administratif ou une orientation vers les services compétentes.

Pour plus d'information consulter télécharger la brochure (vous la trouverez à droite de cet article "doc(s) joints(s)")

Source : passe-partout

Galerie(1)



Doc(s) joint(s)(1)


brochure-pcs.pdf
2.299568 Mb

27-04-2010 15:56:20
L'émission "Au quotidien" met en valeur l'intergénération

L'émission "Au quotidien" a mis en valeur ce vendredi 23 avril un projet de l'Asbl Entr'âges.

Une classe de 1ère secondaire écrit régulièrement à des aînés plutôt isolés. Ce projet de correspondance permet aux élèves de travail leurs compétences en français mais surtout de découvrir les personnes âgées d'une autre manière.

Les aînés sont ravis de recevoir des nouvelles de leur jeune correspondant ainsi que la visite d'Amandine la messagère qui fait le lien entre les enfants et les aînés.

Au fil des lettres, chacun apprend à ce connaître et l'envie de se rencontrer en chair et en os apparaît : une rencontre est prévue en mai !

Ce beau projet en image en cliquant ici

Un autre reportage mettra à l'honneur les projets intergénérationnels dans l'émission du jeudi 29 avril.


A voir aussi :
Entr'âges ASBL


Galerie(2)